| 11 juin 2017

Futur technicentre Métrovélo : un investissement exemplaire pour le plus grand service vélo de province

DSC_0162
Le futur technicentre du service de location et de consigne Métrovélo à Sassenage (Isère) sera terminé dans quelques semaines. Un investissement d’1 million d’euros emblématique du volontarisme de la métropole grenobloise en faveur du vélo, appelé à devenir un mode de déplacements de masse. La politique cyclable vise ainsi à tripler le nombre de déplacements…

Le futur technicentre du service de location et de consigne Métrovélo à Sassenage (Isère) sera terminé dans quelques semaines. Un investissement d’1 million d’euros emblématique du volontarisme de la métropole grenobloise en faveur du vélo, appelé à devenir un mode de déplacements de masse. La politique cyclable vise ainsi à tripler le nombre de déplacements réalisés à vélo d’ici 2020, en s’appuyant sur plusieurs dimensions dont le développement de Métrovélo, géré par Vélogik depuis fin 2015.

Lancé il y a 13 ans, Métrovélo est aujourd’hui le plus grand service de location et de consigne en province avec 7000 vélos (dont plus de 200 spéciaux) et 2000 places de consignes.  Il devrait franchir le seuil des 2 millions de journées de location cette année et les 10 000 vélos d’ici 2020. L’exemple grenoblois a contribué à montrer les avantages du modèle de location uniquement en agence couplé à une offre de stationnement sécurisé, bénéfices longtemps négligés face à la vague des vélos en libre-service. En effet, lancé en 2004, avant l’arrivée médiatisée des premiers grands parcs de VLS à Lyon et Paris, Métrovélo, en proposant une offre plus originale et diversifiée, est devenu en quelques années un service incontournable. Le capital de satisfaction et de sympathie sur lequel le service peut compter en a fait un des symboles de Grenoble.

capture

Vue d’artiste du futur technicentre.

Avec une fréquentation en hausse constante, Métrovélo a besoin de davantage d’espace pour s’assurer d’un développement serein. En 2016, plus de 10 000 interventions ont eu lieu, chacune durant presque 50 minutes en moyenne. Les besoins de stockage s’accroissent en suivant une demande en entretien et réparation qui se doit d’être toujours plus réactive. Pour accueillir les vélos supplémentaires, améliorer le processus de maintenance et pérenniser la satisfaction à l’égard du service, la Métropole a initié un vaste chantier dans la commune de Sassenage. Un nouveau technicentre y est édifié, amené à remplacer à la fois le grand atelier actuel de Seyssinet-Pariset et celui, plus petit, situé à l’arrière de l’agence de la gare de Grenoble.

Dans quelques semaines, tous les métrovélos passeront par ce technicentre, à l’exception des vélos pouvant se contenter de réparations « express » qui seront assurées directement par l’atelier souterrain de la gare, ouvert ce printemps. Financé à parité par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Métropole de Grenoble, le nouveau technicentre permettra de regrouper les deux sites en un même lieu et d’économiser leur coût de location – moyennant une redevance annuelle d’un euro symbolique au SMTC (Syndicat mixte des transports en commun) pour le nouveau site. Les deux agences commerciales de la gare du campus de Saint-Martin-d’Hères continueront d’assurer les activités commerciales de Métrovélo auprès des usagers.

UN BÂTIMENT ÉCOLOGIQUE ET DESIGN

En construction depuis la fin 2016 et jusqu’à juillet prochain, le technicentre à Sassenage se veut écologique, ergonomique et design. Il tire parti d’une ancienne halle servant au dépôt des bus de la Sémitag, rendu inutile par l’ouverture de la ligne E de tramway et l’optimisation du réseau de bus. Cette halle métallique est conservée pour abriter les centaines de vélos neufs, en attente de réparation ou d’envoi dans les agences qu’il faut entreposer en permanence. Le bâtiment en construction, d’une superficie de 1400 m², est lui aussi situé sous la partie nord de la halle, occupant une partie de celle-ci. Le réemploi de la toiture permet de réduire les coûts de construction et d’économiser la matière première de couverture.

capture

Situation du technicentre à Sassenage.

Conçu par le cabinet grenoblois Tandem Architectes, intégralement composé d’une ossature bois non traité (du mélèze d’Isère à l’excellente longévité !), il s’articule autour d’un patio lumineux, sous une forme de cylindre « explosé » en quatre parties : le magasin (stockage sur 830 m²), l’atelier de 275 m², les bureaux, salles de réunion et locaux techniques, enfin un « espace de vie » (salle de repos, vestiaires…). Les baies vitrées du patio distribuent la lumière naturelle diffusée par le toit de la halle, qui la laisse passer à cet endroit. La fluidité de circulation des vélos entre l’extérieur, la zone de stockage et l’atelier est facilitée par les rampes et les largeurs des couloirs. Particulièrement compacte et fonctionnelle, inspiré par les techniques bioclimatiques, la conception du bâtiment reflète un souci d’économies de l’espace et d’économies d’énergie. En profitant des caractéristiques du lieu d’implantation et de l’existant, le technicentre fait ainsi figure d’exemple en termes de qualités environnementales. Une barrière brise-vent végétale protégera les vélos dans la zone de stockage.

capture

Plan du technicentre : le patio central et les quatre parties.

A sa mise en service à la rentrée, le technicentre de Sassenage accueillera une dizaine de salariés de Vélogik, qui a travaillé sur ce projet en lien étroit avec les architectes et la Métro, maître d’ouvrage.

 

Nos autres actualités