, | 14 décembre 2015

A tribute to Pierric Tabouret

Pierric2
Après cinq ans de bons et loyaux services, Pierric a rendu les clés de Vélogik pour prendre celles des champs. A l’époque où il avait posé sa musette à Vélogik, en 2010, il avait rejoint un peloton modeste mais déterminé : Franck et Gwendal. Vélogik se trouvait dans un vaste bureau de 5m2 du 7e…

Après cinq ans de bons et loyaux services, Pierric a rendu les clés de Vélogik pour prendre celles des champs.

Départ PierricA l’époque où il avait posé sa musette à Vélogik, en 2010, il avait rejoint un peloton modeste mais déterminé : Franck et Gwendal. Vélogik se trouvait dans un vaste bureau de 5m2 du 7e arrondissement, trop froid l’hiver, trop chaud l’été. Qu’importe, Pierric arrivait en lançant un chaleureux « Salut les champions ! ». Il arrivait à laisser penser que tout était possible en restant réaliste, ce qui n’est pas le moindre des tours de force d’un représentant. Pendant cinq ans, il a assuré l’avenir commercial de l’entreprise, et sa passion du sujet a joué un rôle déterminant dans nos réussites. A l’heure où il part, Vélogik a atteint la taille d’une belle PME et compte près de 40 salariés.

Depuis quelques jours, sa marque de fabrique téléphonique, devenue culte avec le temps, nous manque déjà, comme à ses clients : « Laissez un message à mon adresse  : Pierric Tabouret… comme un tabouret ». De Pierric, on aimait consigner ses proverbes inventés de toutes pièces avec des morceaux d’autres proverbes ! Inspirateur de la joie de vivre, il se faisait tantôt médecin (« Il y a des mots pour tous les maux, et pour le reste il y a le chlorure de magnésium ! »), tantôt amuseur des vendredis après-midis – des délires plein de calembours affligeants dignes de l’Almanach Vermot, signe qu’il était temps de partir en week-end.

Celui qu’on appelait affectueusement Tabouric s’est mis au vert en revenant sur ses terres natales, pour continuer de rêver de voyages à vélo et de permaculture. Rien d’étonnant : lorsqu’on traversait le Rhône lors du déplacements professionnels pour passer de l’Ardèche à la Drôme, Pierric ne manquait jamais de signaler : « Aaah, je respire mieux d’un coup, l’air est plus frais ici non? ». Pour son départ, toute l’équipe lui a offert l’intégrale de la bande dessinée « Le Retour à la Terre » de Manu Larcenet, un guide de survie en milieu rural, décrit avec tendresse et humour…

Nous lui souhaitons nos meilleurs voeux, ainsi qu’à sa femme et sa fille, pour sa nouvelle vie. Allez le champion, bonne chance Pierric !

Nos autres actualités