| 30 avril 2015

A Grenoble, la recherche de l’exemplarité cyclable

Panneau cyclable Grenoble
Malgré la fréquente sinuosité des itinéraires, l’absence de continuité et d’une largeur suffisante souvent, les coupures urbaines causées par les rivières et les autoroutes, Grenoble est une ville intensément cyclable, surtout en son hyper-centre. Comme partout, on sent qu’ici et là la concertation systématique entre aménageurs et usagers a pêché. Mais on peut voir dans…

Malgré la fréquente sinuosité des itinéraires, l’absence de continuité et d’une largeur suffisante souvent, les coupures urbaines causées par les rivières et les autoroutes, Grenoble est une ville intensément cyclable, surtout en son hyper-centre. Comme partout, on sent qu’ici et là la concertation systématique entre aménageurs et usagers a pêché. Mais on peut voir dans la « ville plate », une cuvette confrontée depuis des décennies à d’importants problèmes de congestion et de pollution, quelques indices de considération encore rarement visibles en France : des carrefours correctement aménagés, une signalétique omniprésente dédiée aux cyclistes , de véritables pôles d’échanges multimodaux, une annonce de la SNCF qui s’adresse uniquement aux cyclistes (!). Les Métrovélos jaunes, les vélos de location de la métropole, sillonnent l’agglomération et peuvent se ranger dans d’astucieuses « box ». Dépassé par la demande, le service est régulièrement en manque de vélos à louer… Résultat : le vélo a conquis une place notable dans l’agglomération. L’enquête « Ménages déplacements» de 2010 a montré qu’entre 2002 et cette date, l’usage du vélo sur le nombre total de déplacements a augmenté de 44% dans l’agglomération, alors que la voiture accusait pour la première fois depuis quarante ans un recul de 18%. Le plan air Energie – Climat, où la mobilité alternative joue un rôle important, a permis de réduire les émissions de 18% depuis 2005. La moyenne des émissions de CO2 par habitant est désormais inférieure de 30% à la moyenne nationale…

Vélo + tram Grenoble
Sur la place de la gare.

Pour affermir la réputation cyclable de Grenoble, un rapport publié le 29 avril fournit une étude détaillée des atouts et des points négatifs des initiatives, politiques et aménagements grenoblois pour les vélos. L’ADTC, association d’usagers qui agit pour le développement de tous les modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle, conclut ce rapport par une liste de vingt préconisations. La première d’entre elles demande une augmentation des moyens budgétaires dévolus au vélo sur la base de l’octroi d’au moins 10 euros par an et par habitant, soit au moins 24 millions sur la durée de la mandature actuelle (2014 – 2020). L’association appelle aussi à un « principe 50 / 50″ pour le partage de l’espace public : 50% maximum pour l’automobile et 50% pour les autres modes. Pour atteindre cet objectif, l’élargissement du périmètre de la zone piétonne dans le centre-ville est réclamé ainsi que la multiplication des « zones de rencontre » et de « zones à trafic limité » à 20 km/h partout dans la métropole. Un grand projet couplant ces initiatives consisterait en la création d’un « réseau express » ambitieux, sécuritaire et fiable, du type de celui en construction à Strasbourg (aménagement en site propre), qui permettrait de relier à 20 km/h de moyenne les principaux pôles d’activité ou de vie. Et rattraper la capitale de l’Europe dans le rang des villes les plus « cycle-friendly », au coté d’autres villes européennes où la part modale vélo est supérieure à 20 %…

Le rapport est à lire à l’adresse suivante : http://www.adtc-grenoble.org/IMG/pdf/livre-blanc-velo-adtc-avril2015.pdf

Piste cyclable bidirectionnelle Grenoble
Piste cyclable bidirectionnelle dans le centre de Grenoble.

Grenoble tram + vélos 2
Le tramway de Grenoble et un parc à vélos.

Dans le TER Grenoble - Lyon
Dans le TER Grenoble – Lyon.

Nos autres actualités